Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 Le Bénin vu par un jeune 

A Propos De Moi !

  • Christophe D. AGBODJI
  • Journaliste, Ecrivain
Auteur de "La chute du mur de Karakachie"
;  "Le changement, l'autre nom de l'impossible"; En préparation: "Je n'étais pas au pays à l'heure du changement"
  • Journaliste, Ecrivain Auteur de "La chute du mur de Karakachie" ; "Le changement, l'autre nom de l'impossible"; En préparation: "Je n'étais pas au pays à l'heure du changement"

Texte Libre

Recherche

13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 16:51

 Les présidentielles de cette année, à force de les avoir attendue trop longtemps sont tombés sur les béninois comme une nuée de sauterelles. Ce samedi encore, l’on se demandait si les élections auront effectivement lieu hier. Pourtant, les bureaux de vote avaient ouvert hier leur porte aux délégués désignés pour représenter les béninois dans l’exercice de leur droit de vote.

 

Et les élections ont eu effectivement lieu ce dimanche

Ce dimanche matin, très tôt les parakois détenteurs de la si chère carte d’électeur se sont rendus aux urnes pour élire un président de la république béninoise. Très matinal aussi, les agents des bureaux de vote formés au cours de la soirée du vendredi étaient également présents au rendez électoral. Tables, encres, isoloirs, écritoires. Rien ne manquait visiblement pas au niveau des bureaux de vote visités dans la 3e ville à statut particulier du Bénin. Aux quartiers Titirou, Arafat, Bannikani, Wansirou comme à Albarika sillonnés, il n’y avait rien d’anormal qu’un flux de votants assidus. Le démarrage des votes avait accusé, par endroit de quelques minutes de retard. Cependant, la plupart de ces bureaux étaient effectivement ouverts avant 8h. Seulement, certains électeurs n’avaient pas toujours vu leurs noms sur les listes présentes sur les lieux de vote. L’on rencontre sur le terrain des représentants de la cour constitutionnelle, de la société civile et par instant des représentants de certaines institutions internationales. Exhibant un Ibv, Samuel Kouessi, l’un des électeurs n’a pas retrouvé son nom au lieu indiqué. Les listes affichées au niveau des autres bureaux de vote ne le renseigneront pas aussi. A Sinangourou, l’un des plus grands bureaux de vote, les listes n’ont pas pu être affichées. Elles trottent plutôt par tête dans un désordre ordonné. Dans cette situation, les électeurs ne savaient pas à quel saint se vouer pour retrouver leurs noms. Mais dès la plupart des bureaux ont été fermé dans la première moitié d’heure ayant succédé à 17h. Il est à remarquer que tout s’est déroulé dans le calme, faussant ainsi tous les prophéties qui voyaient en ces élections de véritables moments de tension. Les béninois viennent encore d’étonner leurs voisins. Il ne reste, à présent qu’à bien gérer la période post électorale.

Partager cet article
Repost0

commentaires