Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 Le Bénin vu par un jeune 

A Propos De Moi !

  • Christophe D. AGBODJI
  • Journaliste, Ecrivain
Auteur de "La chute du mur de Karakachie"
;  "Le changement, l'autre nom de l'impossible"; En préparation: "Je n'étais pas au pays à l'heure du changement"
  • Journaliste, Ecrivain Auteur de "La chute du mur de Karakachie" ; "Le changement, l'autre nom de l'impossible"; En préparation: "Je n'étais pas au pays à l'heure du changement"

Texte Libre

Recherche

22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 21:21

mairie - Parakou

REPUBLIQUE DU BENIN

------------------

MINISTERE DE LA DECENTRALISATION,

DE LA GOUVERNANCE LOCALE,

DE L’ADMINISTRATION ET DE

L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE

--------------------

DEPARTEMENT DU BORGOU

-------------------

COMMUNE DE PARAKOU

 

CABINET DU MAIRE

 

                              

           

 

 

 

 

 

  

 

 


CONFRENCE DE PRESSE DU MAIRE DE PARAKOU

Thème : Clarification sur les dossiers d’actualités relatifs à la  gestion de la ville

Date : 19/10/11

 

PROPOS LIMINAIRES

Mesdames Messieurs les journalistes, nous vous remercions, avant tout propos, pour l’attachement et l’accompagnement que vous avez accordés à la mairie de Parakou en tant que partenaire privilégiée. Nous vous remercions aussi d’avoir répondu à notre invitation de ce jour dont l’objectif est d’apporter des éléments de clarifications sur  les dossiers de la ville qui font objet de grandes préoccupations. En effet, les textes de lois sur la décentralisation garantissent aux populations le droit à des informations crédibles relatives à la gestion de la ville et notre souci, en tant que mandataire de cette gestion, est de respecter ce principe. Les éléments de clarification que nous apportons s’articulent autour de trois points :

-  la situation des chantiers ouverts par la Mairie,

- le dernier passage de l’IGE à la Mairie,

- les résolutions subséquentes aux insuffisances relevées,

Pour ce qui concerne le premier point, il faut dire qu’il s’agit d’un dossier qui se rapporte à l’ensemble des chantiers ouverts ou entièrement réalisé entre fin 2009 à ce jour. Mesdames et Messieurs les Journalistes, nous sommes très bien avisés de l’importance de la mise en œuvre des projets d’intérêts publics. C’est pourquoi, nous avons pris sur nous la résolution de renforcer les organes de gestion.

Au regard des résultats obtenus après cette innovation, nous sommes en mesure de dire que l’expérience a été concluante en dehors de quelques ratés que l’on ne pourrait prévoir préalablement. Ainsi donc, nous avons pu conduire pendant cette période, soit sur fonds propres, soit avec l’aide de l’Etat ou de nos différents partenaires, plusieurs projets d’intérêt public à savoir:

§  la construction de 3 modules de 4 classes en rez-de-chaussée dans les CEG Albarika, Banikani et Zongo,

§  la construction d’un (01) module de 4 classes en rez-de-chaussée + laboratoire et bibliothèque au CEG Tourou,

§  la construction de onze (11) modules de trois (03) classes avec bureau-magasin et bloc de latrines dans les EPP : Arafath, Sinagourou, Tourou/C, Yapo-Kparou,  Bakpérou, Konkomma, Wobékou-Gah, Sawararou, Kpékpinou et à l’Ecole Maternelle ZongoII ; puis un (01) module de trois classes à l’EPP OCBN,

§  la construction du nouveau bloc administratif du 1er arrondissement,

§  la construction d’une guérite à la Place Tabéra,

§  la construction des dortoirs du Centre des Arts et métiers de la femme de Parakou,

§  la réfection de quatre modules (04) de trois classes dans les EPP Abdoulaye-Issa, Tourou/C et au Lycéé Mathieu Bouké,

§  la réfection des bureaux du 2ème et 3ème Arrondissements de la ville,

§  la réfection des bureaux du Commissariat Central de Parakou,

§  la réfection du dispensaire du 1er Arrondissement,

§  la confection et la mise à disposition de mille six cent vingt cinq (1625) tables et bancs aux écoles de la ville qui en éprouvaient un besoin criard,

§  la réalisation de dix (10) points d’eau dans les villages de Sawararou, Koroborou, Baka et Gah Gnankabou

§  la construction du collecteur/C traversant les quartiers Ouezé, Madina, Kpébié, Sinagourou, à zira et Bakinkoura, long de 1 600 mètres linéaires ainsi que le rechargement des voies longeant le même collecteur,

§  la construction de sept (07) dalots à Tranza, Madina Ganon et Goromosso,

§  la construction de 350 mètres linéaires de caniveaux en moellons + dalot et rechargement de voie à Papini-Nima,

§  la construction de 760 mètres linéaires de caniveaux en moellons à Bakinkoura et Kadéra,

§  la construction de 800 mètres linéaires de caniveaux en Béton armé et rechargement de la chaussé à Banikani,

§  la construction du Centre de Santé de Ganou,

§  l’acquisition d’engins  au profit de la voirie.

Il s’agit là de 52 chantiers physiquement palpables et dispersés sur l’nsemble territoire de la ville de Parakou. De ces 52 chantiers seuls les 2 chantiers relatifs à la voie de Banikani, de l’école Maternelle de ZongoII et du Centre de Santé de Ganou connaissent quelques difficultés et pour des raisons de non respect du délai contractuel par les Entrepreneurs. Pour la résolution de ces difficultés nous sommes entrain d’exploiter les voies légales indiquées en la matière, ce qui a d’ailleurs permis la reprise des travaux sur ces chantiers.

         Nous convenons que la veille citoyenne est indispensable pour une décentralisation vitale, mais cette veille ne doit pas se transformer en opinion populaire et populiste qui semble tout peindre en noir.

         C’est peut  être que la nouvelle politique mise en œuvre par le Conseil municipal n’a pas été bien comprise. Car, nous avons opté depuis quelques années de faire un clin d’œil aux localités périphériques  dans la réalisation des infrastructures sociocommunautaires pour corriger le très grand déséquilibre noté jusqu’ici dans la réalisation des infrastructures sociocommunautaire. De ce fait, il faut, en plus du centre ville, parcourir les localités périphériques pour bien évaluer les efforts du Conseil municipal. A titre d’exemple, à notre prise de service en 2007, les écoliers de Bakpérou, à la sortie sud de Parakou, prenaient les cours sous un apatam et sous le grand manguier de l’école, aujourd’hui nous y avons érigé deux modules de trois classes avec bureau-magasin et bloc de latrines. 

     Au regard de tout ce qui précède, l’équipe municipale reconnaît qu’il reste encore beaucoup à faire, mais il serait trop fort d’affirmer que rien ne se fait. Jamais l’on a ouvert et exécuté autant de chantiers.  50 chantiers sont entièrement achevés ou en cours d’exécution normal,  contre 2 en retard, c’est vérifiable dans les livres de la Mairie comme sur le terrain.

.

Le dernier passage de l’IGE à la Mairie de Parakou

Conformément aux dispositions légales et sous l’impulsion du Président Boni YAYI, notre pays a entamé un processus de renforcement des outils de gestion des affaires publiques et au nom de la bonne gouvernance. Dans ce cadre l’IGE est régulièrement venu à la Mairie de Parakou, pour la 3ème fois. Le même exercice se fait au niveau des autres structures publiques. 

En examinant le relevé des observations de l’IGE après sa mission de septembre dernier à la Mairie de Parakou, on constate que l’institution est en train d’évaluer le niveau de maîtrise et d’application des outils légaux institués par notre Etat. Cette évaluation fait le point sur le niveau de maîtrise de ces outils et des remarques sur l’exploitation des textes qui gouvernent l’orthodoxie financière. Ces observations  ne sont pas à confondre à une quelconque malversation financière de la part de l’Administration municipale. Même si c’était le cas, il est encore trop tôt, à l’étape actuelle, de crier au scandale car le processus n’est pas encore à son terme. Les observations de l’IGE en effet, sont assorties d’un délai d’expression de contre observations à faire valoir par la Mairie.

Pour ce passage, l’institution a fait des observations relatives à l’utilisation des outils de gestion des ressources matérielle et financière.

Ces observations se rapportent en bonne partie à la gestion du patrimoine de la Mairie. L’évaluation de la gestion recommande la tenue d’une comptabilité matière qui reste à améliorer. Des principales observations, il se dégage que la cohérence de l’immatriculation et de l’enregistrement des biens de la Mairie doivent être améliorés pour traduire de façon plus efficiente les entrées et les sorties de ces biens matérielles pour garantir leur sécurisation.

         Ces observations attirent donc l’attention de la Mairie sur l’importance de la traçabilité qu’il faut accorder aux mouvements des biens..

         D’autres observations formulées, elles concernent le faible niveau de mobilisation des ressources d’investissement.

         L’IGE a toujours ciblé des domaines et procéder aux observations nécessaires après analyse de ce qui se fait, car l’un des objectifs de cette institution est d’amener progressivement l’administration publique à améliorer ces performances.

         L’interprétation que les uns et les autres tentent de faire des observations de l’IGE ne sont pas objectives, tenez per exemple : l’IGE noté :

-          l’inexistence d’un  système cohérent de codification et d’immatriculation des immobilisations et leur centralisation dans un fichier unique,

-         la non maîtrise des coûts pour les grosses réparations, notamment en ce qui concerne les véhicules et les bâtiment. Le référentiel des prix en vigueur à la Mairie de Parakou est suranné, c'est-à-dire dépassé. Cette dernière observation de l’IGE relève que les prix jusqu’ici pratiqués par la Mairie de Parakou sont très bas par rapport au nouveau référentiel des prix du marché national, contrairement à la dénonciation d’une supposée surfacturation agitée par une certaine opinion.

En clair l’IGE a été exhaustive très méthodique dans son travail en ce sens que les observations formulées concerne aussi bien les faiblesses que sur les forces constatés dans la gestion.

Les résolutions subséquentes

Les résolutions préconisées par la Mairie, concernent aussi bien les 2chantiers qui tardent à achèvement leur aboutissement que les observations faites par l’IGE.

Pour le 1er cas :

-          les entreprises indélicates ont été soit rappelées à l’ordre ou mises en demeure selon l’importance du retard accusé

-         l’Avocat Conseil de la Mairie a déjà apprêté les éléments qui permettront de contraindre, par voie de justice, celles d’entres-elles qui arriveraient à interrompre le processus d’exécution qui a repris,

-         le contrôle sera renforcé par la présence effective des techniciens sur les chantiers concernés,

Pour le 2ème cas :

-         la correction des insuffisances relevées a commencé des le départ de la Commission,

-         le répertoire des  contres observations de la Mairie est apprêté sur demande de l’IGE et sera transmis dans le délai prescrit pour permettre aux Auditeurs de disposer plus d’éléments d’appréciation,

-         les dispositions sont prises pour convoquer le conseil municipal pour l’étude et l’adoption du rapport général de l’Audit Organisationnel qui propose des alternatives pour corriger les insuffisances,

Je ne finirai pas mes propos sans réitérer l’engagement de l’équipe municipale à poursuivre ses efforts pour améliorer les conditions de vie des populations.

Je voudrais inviter les citoyens à rester sereins pour que nous puissions ensemble construire cette ville qui nous est si chère.

Je vous remercie.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires